Société Psychanalytique de MontréalInstitut Psychanalytique de Montréal

La psychanalyse du couple et de la famille s’inspire de la théorie psychanalytique des groupes. Elle se caractérise par deux dimensions essentielles : la reconnaissance des processus inconscients, des fantasmes et du transfert ainsi que la reconnaissance de la dimension groupale selon laquelle le couple et la famille sont le lieu d’une réalité psychique spécifique, commune et partagée.

La psychanalyse du couple cherche à développer la prise de conscience des fantasmes inconscients organisateurs des conflits et des malentendus, tout en facilitant le rétablissement de la circulation fantasmatique entre les conjoints. La psychanalyse de la famille cherche à favoriser l’autonomisation des psychismes individuels de chacun de ses membres. Elle atteint cet objectif par la réactualisation du mode de communication le plus primitif de la psyché humaine et par le rétablissement de la circulation fantasmatique entre les membres de la famille.

Cette modalité de traitement est indiquée lorsqu’une souffrance commune et partagée touche tous les membres du couple ou de la famille. Cette souffrance est générée par des alliances inconscientes qui empêchent les individus de se dégager et de devenir autonomes. Le cadre dans lequel se déroule une psychanalyse de couple ou de famille consiste en séances hebdomadaires ou bimensuelles, où tous les membres sont invités et libres de dire ce qu’ils pensent, imaginent ou rêvent. Les enfants sont invités à s’exprimer par la parole, le dessin et le jeu.

L’écoute de l’analyste est avant tout groupale. Son interprétation privilégie la zone commune partagée par le couple ou par la famille, sans négliger de la mettre en lien avec les représentations complémentaires et différentes des membres du couple ou de la famille. Dans l’écoute groupale, le discours de l’un se fait le porte-parole du discours familial ou conjugal tout en ne perdant pas sa singularité. L’interprétation porte sur la fonction porte-parole, porte-rêve, tout en mettant en relief les raisons individuelles du porte-parole. L’analyste interprète alors l’aspect groupal, la zone commune sans négliger de souligner l’articulation de l’intrapsychique avec l’interpsychique.